Recommandations

Conseils pour tous les anticoagulants

Conservez sur vous une carte signalant le type de médicament, la dose que vous prenez et l’heure habituelle de prise (en cas d’urgence).

Signalez systématiquement à tous les professionnels de la santé que vous prenez des anticoagulants (médecins, pharmaciens, infirmièr(e)s, dentistes, pédicures). N’interrompez pas le traitement, ne changez pas les doses sans l’accord de votre médecin. Prenez votre médicament chaque jour, à la même heure.

Consultez votre médecin avant de prendre tout autre médicament que votr e anticoagulant (interférences). Consultez votre médecin en cas de maladie, en cas de grossesse. Evitez les injections intra-musculaires, Soyez attentifs aux saignements, ecchymoses. Eviter les sports violents, faites plutôt de la marche, de la natation.

Des signes évocateurs de surdosage peuvent être :

  • Soit banals : gingivorragies, épistaxis, hémorragies conjonctivales, règles exceptionnellement abondantes, hématomes
  • Soit plus inquiétants : hématurie, rectorragies ou méléna, hématémèse, hémoptysie, saignement persistant.
  • Soit trompeurs : fatigue, dyspnée, pâleur, céphalées ne cédant pas au traitement antalgique habituel, malaise inexpliqué.

Que faire en cas de surdosage ou hémorragie non grave ?

Les surdosages constituent une situation fréquente. Dans 15 à 30 % des cas, ils sont asymptomatiques. En cas de surdosage asymptomatique ou d’hémorragie non grave, les mesures suivantes sont recommandées :

En voyage ou W.E. , urgence, médecin indisponible, ceci peut, vous aidez.

INR cible 2,5
Fenêtre entre 2 et 3

INR < 1,5

Augmenter la dose hebdomadaire de 15%.
Contrôler INR a J2.
Discuter la mise en route d'un traitement héparinique.

1,5 < INR <2

Ne rien changer* ou diminuer la dose hebdomadaire de 10%
Contrôler INR à J2.

2 < INR < 3

Ne rien changer

INR < 4

Ne rien changer* ou diminuer la dose hebdomadaire de 10%.

4 < INR < 6

Saut d'une prise -suivi INR quotidien.
Reprise AVK quand INR dans la zone thérapeutique.
Diminuer la dose hebdomadaire de 15% -contrôle à J2.

6 < INR < 10

arrêt AVK.
2mg de vitamine K par voie orale.
Suivi INR quotidien.
Reprise AVK quand INR dans la zone thérapeutique.
Diminuer la dose hebdomadaire de 15% à 20%
Contrôle à J2.

* si les INR précédents étaient dans la zone thérapeutique depuis plusieures semaines, on peut envisager de contrôler l'INR avant de modifier le dosage.

Dans tous les cas, il convient de rechercher la cause du déséquilibre de l'INR et avertir votre médecin habituel (oubli, interactions médicamenteuses, diarrhée, stress, etc....)


La dose hebdomadaire est la somme du nombre de mg de sintrom ou .. de la semaine.

Par exemple si vous prenez lundi 2mg + mardi 2mg + mercredi 3mg + jeudi 2 mg + vendredi 2mg + samedi 3 mg + dimanche 2 mg = 16 mg donc la dose hebdomadaire est de 16mg.
• 10% c’est 1 à 2 mg à ajouter ou diminuer au total de la semaine et répartir sur la semaine.
Et surtout contrôler avec votre appareil à J+2

Il faut être attentif à l’apparition de signes évocateurs d’un surdosage Dans tous les cas, un contrôle de l'INR est nécessaire.
En cas d’oubli de prise En cas d’omission, la dose oubliée peut être prise dans un délai de 8 heures après l’heure habituelle d’administration. Passé ce délai, il est préférable de sauter cette prise et de prendre la suivante à l’heure habituelle. Le patient ne doit pas prendre de dose double pour compenser la dose manquée. Il devra signaler cet oubli lors du contrôle de l’INR et le noter dans son carnet de suivi.

Précautions générales.

  • En cas de grossesse.
  • Interactions médicamenteuses :
    - Antiinflamatoires, aspirines, antiaggregants plaquettaires, ...
    - Millepertuis, tavonin, tanakan,(Ginkgo Biloba).
  • Ne pas modifier le traitement sans avis médical.
  • Pas de distraction si bricolage dangereux.
  • Pas de sports violents.
  • Rasoir électrique plutôt que lames.
  • Carte de groupe sanguin en poche.
    - Ajouter sous anticoagulant (préciser).
  • Prévenir toutes les personnes qui vous soignent (généralistes, spécialistes, infirmières, pharmaciens, kinésithérapeutes, dentistes, pédicures, podologues, urgentistes,...
  • Stopper les anticoagulants oraux savant une chirurgie programmée, soins dentaires ou infiltrations.

Symptômes suspects de surdosage.

Saignements visibles

Saignements internes non visibles

  • Saignements des gencives
  • aignement du nez ou oeil rouge.
  • Apparition de bleus (ecchymoses,...)
  • Présence de sang dans les urines ou selles noires.
  • Vomissements ou crachats sanglants.
  • Saignements qui ne s'arrête pas.
  • Fatigue inhabituelle.
  • Essoufflement anormal.
  • Pâleur inattendue.
  • Mal de tête ne cédant pas au traitement.
  • Malaise inexpliqué.

Si un ou plusieurs de ces symptômes se déclarent contactez sans tarder.

Les 10 règles d'or.

Régle 1
Prendre son anticoagulant toujours à la même heure de préférence le soir avant le diner.

Régle 2
Le patient ne doit jamais changer la dose lui-même, sauf en cas d'autocontrôle.

Régle 3
Le patient sous anticoagulant fera de préférence ses contrôles toujours sur le même site afin qu'il répète toujours les mêmes conditions (même ordinateur, mêmes critères, etc...).

Régle 4
Le patient sous anticoagulant doit surveiller sa pression artérielle, en gardant la tension diastolique (valeur minimale) au-dessous de 9,5 mm Hg.

Régle 5
Le patient sous anticoagulant ne devrait pas prendre tout nouveau médicament de son propre chef.

Régle 6
Le patient sous anticoagulant ne devrait pas prendre des médicaments aspirine ou anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et des analgésiques.

Régle 7
Le patient sous anticoagulant ne doit pas traiter la diarrhée avec des sulfamides ou à la néomycine.

Régle 8
Le patient sous anticoagulant est totalement interdit d’injections intramusculaires.

Régle 9
Si vous saignez sans raison ou vous avez des ecchymoses sans subir de choc, vous devriez faire un contrôle de votre INR sans attendre la date habituelle.

Régle 10
Le patient sous anticoagulant aura une alimentation régulière et sans excès.